Quels sont les quartiers chauds de Montpellier ?

Montpellier, préfecture de l’Hérault et 7ème ville de France, est une cité dynamique et attractive qui séduit par son cadre de vie méditerranéen. Cependant, comme dans toute grande agglomération, certains quartiers concentrent davantage de problèmes d’insécurité et de délinquance. Si vous envisagez de vous installer à Montpellier ou d’y séjourner, il est important de bien choisir votre lieu de résidence. Dans cet article, nous passerons en revue les différents quartiers de la ville, des plus sensibles aux plus paisibles, afin de vous aider à faire votre choix en toute connaissance de cause.

En bref

Parmi les quartiers les plus chauds de Montpellier, on peut citer La Mosson et La Paillade au nord-ouest, Les Cévennes à l’ouest, ainsi que Figuerolles et Gambetta dans le centre-ville. Ces zones sont marquées par un taux de pauvreté élevé, du trafic de drogue, des règlements de compte et une forte délinquance. À l’inverse, le centre historique, Antigone ou encore les Arceaux offrent un cadre de vie agréable et sécurisé, avec une belle architecture et de nombreuses activités.

Les zones sensibles de la ville

Plusieurs quartiers de Montpellier sont considérés comme sensibles en raison de l’importance de la délinquance et des trafics qui s’y déroulent. C’est le cas notamment de :

  • La Mosson et La Paillade : situés au nord-ouest de la ville, ces quartiers populaires concentrent de nombreux problèmes comme les trafics de drogue, les fusillades liées à des règlements de compte entre bandes rivales, la pauvreté et le chômage.
  • Les Cévennes : ce grand quartier de l’ouest montpelliérain connaît également d’importantes difficultés, avec une forte délinquance malgré la présence de zones pavillonnaires plus calmes.
  • Figuerolles et Gambetta : autrefois paisibles, ces quartiers du centre-ville sont devenus au fil des années des lieux de deal et de trafics en tous genres, générant de l’insécurité pour les riverains.

Les pouvoirs publics ont bien conscience des difficultés de ces quartiers et tentent d’y remédier par diverses actions, comme la mise en place de groupes de traitement de la délinquance. Mais le chemin est encore long pour pacifier durablement ces zones.

Vous aimerez aussi :  Comment fonctionne la Loi Pinel ?

Zoom sur La Mosson et La Paillade

Construits dans les années 1960 pour loger les rapatriés d’Algérie, les quartiers de La Mosson et de La Paillade ont vu leur situation se dégrader progressivement. Avec la paupérisation de la population et la montée du chômage, la mixité sociale a peu à peu disparu, laissant la place à de grandes poches de pauvreté. Malgré les efforts de rénovation urbaine, ces quartiers restent gangrenés par les trafics et l’insécurité.

Les exemples de faits divers violents ne manquent pas, comme en témoigne la fusillade qui a éclaté en plein jour en août 2020 à La Mosson, sur fond de rivalité entre trafiquants de drogue. Un homme de 21 ans avait alors été grièvement blessé par balles. Quelques mois plus tôt, c’est une fusillade en pleine rue qui avait éclaté à La Paillade, faisant un mort et quatre blessés. Des événements qui illustrent la détresse de ces quartiers livrés aux bandes criminelles.

Pour autant, la vie continue dans ces cités. Des associations, des habitants se mobilisent au quotidien pour créer du lien social et offrir un avenir meilleur aux jeunes. Car au-delà des faits divers, ce sont de vrais quartiers populaires, avec leurs difficultés mais aussi leur vitalité et leur solidarité.

Le cas du quartier des Cévennes

Situé à l’ouest de Montpellier, le quartier des Cévennes est un vaste ensemble hétérogène, mêlant zones pavillonnaires, copropriétés et habitat social. Si certains secteurs sont relativement calmes et résidentiels, d’autres sont bien plus dégradés et concentrent d’importantes poches de pauvreté. C’est notamment le cas du sous-quartier du Petit Bard, l’un des plus sensibles de la ville.

Régulièrement, Les Cévennes sont le théâtre de faits divers liés à la délinquance : agressions, vols avec violence, trafics en tous genres… En 2019, le quartier a même été le cadre d’un homicide, un jeune homme ayant été tué par balle en pleine rue. Une violence qui témoigne de l’importance des trafics qui gangrènent le quartier.

Vous aimerez aussi :  Qu'est-ce qu'un appartement F3 ou T3 ?

Face à cette situation, les autorités ont décidé de renforcer la présence policière dans le quartier, avec notamment la création d’une brigade spécialisée de terrain (BST). Des actions de prévention sont également menées en direction des jeunes, pour tenter de les détourner de la délinquance. Mais le quartier souffre aussi d’un manque criant d’équipements et de services publics, qui ne facilite pas sa “normalisation”.

L’insécurité qui gagne le centre-ville

Longtemps épargnés, certains quartiers du centre-ville de Montpellier sont aujourd’hui touchés par des problèmes d’insécurité, en lien avec le développement des trafics de drogue. C’est le cas notamment de Figuerolles et Gambetta, deux quartiers populaires et commerçants situés à proximité de la gare Saint-Roch.

Depuis quelques années, les riverains se plaignent de la multiplication des points de deal et des nuisances qui en découlent : bagarres, cris la nuit, occupation de halls d’immeubles… Une situation qui génère un fort sentiment d’insécurité, notamment chez les personnes âgées. Les commerçants aussi sont excédés par les trafics qui se déroulent parfois devant leurs boutiques en plein jour.

Les abords de la gare Saint-Roch sont également concernés par ces problèmes, avec la présence de bandes de jeunes qui se livrent au trafic de cigarettes et de stupéfiants. Une situation qui tranche avec l’image de la gare, fréquentée chaque jour par des milliers de voyageurs. Là encore, des opérations de police sont régulièrement menées pour tenter d’endiguer les trafics, sans succès jusqu’à présent.

Cette dégradation de la situation préoccupe les autorités, qui craignent un effet “boule de neige” et une gangrène de l’insécurité vers d’autres quartiers du centre-ville. Des actions de prévention et de médiation sont menées, en parallèle du volet répressif, pour tenter de réinstaller durablement la tranquillité dans ces quartiers.

Les quartiers plus sûrs et agréables

Fort heureusement, Montpellier compte aussi de nombreux quartiers paisibles et agréables à vivre, très prisés des Montpelliérains comme des touristes. C’est le cas du centre historique, magnifique ensemble médiéval et piétonnier, de l’Écusson, avec ses hôtels particuliers et ses placettes ombragées, ou encore du quartier Antigone, surprenant ensemble architectural néo-grec des années 1980.

Vous aimerez aussi :  Les villes où investir en France dans l'immobilier locatif

Voici un tableau comparatif des principaux atouts de ces quartiers :

QuartierAtouts
Centre historiquePatrimoine médiéval exceptionnel Ruelles piétonnes et commerçantes Ambiance vivante et animée
ÉcussonBeaux hôtels particuliers des 17e et 18e Placettes ombragées et paisibles Proche de tous les commerces et services
AntigoneArchitecture néo-grecque originale Quartier moderne, fonctionnel et bien desservi Nombreux commerces et restaurants

On peut également citer les quartiers des Arceaux, de Boutonnet ou des Beaux-Arts, très résidentiels et familiaux, avec leurs jolies maisons et leurs jardins. Des lieux paisibles pour profiter de la douceur de vivre montpelliéraine en toute quiétude.

Quelques conseils pour les visiteurs

Si vous venez séjourner à Montpellier, privilégiez si possible une location ou un hôtel dans les quartiers centraux et sécurisés comme l’Écusson, Antigone ou les Beaux-Arts. Vous y trouverez de nombreux hébergements de qualité, ainsi que tous les commerces et services à proximité.

Si votre budget est plus serré, des quartiers comme Boutonnet, Aiguelongue ou Pompignane offrent un bon compromis, avec des tarifs plus abordables et une bonne desserte par les transports en commun. Évitez en revanche les zones sensibles comme La Mosson, La Paillade ou Figuerolles, surtout le soir et la nuit.

Dans tous les cas, suivez les conseils de prudence habituels comme dans toute grande ville : ne vous promenez pas avec des objets de valeur de façon ostensible, évitez les lieux isolés la nuit, n’hésitez pas à entrer dans un commerce en cas de problème… Avec ces précautions, votre séjour montpelliérain se déroulera à coup sûr sous les meilleurs auspices !

En conclusion, si Montpellier n’échappe pas aux problèmes d’insécurité qui touchent les grandes villes, elle reste une cité globalement sûre et agréable à vivre pour peu qu’on évite certains quartiers sensibles. Alors n’hésitez pas à venir profiter des charmes de la capitale languedocienne, de sa douceur de vivre et de son intense vie culturelle. Montpellier et ses habitants vous attendent à bras ouverts !


Laisser un commentaire
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *