Qu’est-ce que l’affacturage et comment fonctionne t-il ?

L’affacturage, également appelé factoring, est une solution de financement de plus en plus prisée par les entreprises, leur permettant d’optimiser leur trésorerie et de se concentrer sur leur cœur de métier. Nous vous proposons dans cet article de découvrir en détail le fonctionnement de ce mécanisme financier, ses principaux avantages mais aussi quelques points de vigilance à avoir en tête avant de se lancer. Que vous soyez dirigeant de PME, responsable financier ou simplement curieux du sujet, suivez le guide pour tout savoir sur l’affacturage.

En bref

L’affacturage permet aux entreprises de céder leurs créances clients à un établissement financier spécialisé, appelé factor, en échange d’un financement anticipé. Ce mécanisme présente trois avantages majeurs : une amélioration de la trésorerie, une protection contre les impayés (sous conditions) et une externalisation de la gestion du poste clients permettant des gains de temps et d’argent. En contrepartie, le recours à l’affacturage a un coût non négligeable (commissions) et peut comporter un risque de dégradation de la relation client. Cet article vous éclairera sur tous ces aspects.

Définition de l’affacturage

L’affacturage, ou factoring en anglais, se définit comme une technique de financement à court terme permettant à une entreprise de céder tout ou partie de ses créances commerciales à une société spécialisée, appelée factor ou société d’affacturage. En échange, l’entreprise reçoit de manière anticipée un pourcentage du montant des factures cédées (en général de 80% à 90%), le solde étant versé une fois le client final payé, déduction faite des frais et commissions du factor. Il s’agit donc d’un mode de financement alternatif au crédit bancaire classique, s’appuyant sur les factures émises.

Concrètement, dès qu’elle émet une facture, l’entreprise la cède au factor qui lui verse rapidement un pourcentage du montant. Le factor se charge ensuite de recouvrer la créance auprès du client à l’échéance. L’affacturage transforme donc une créance future en liquidités immédiates, sans attendre le délai de paiement accordé au client. C’est un outil particulièrement utile pour les entreprises dont l’activité génère un volume important de créances clients avec des délais de règlement significatifs.

Principe de fonctionnement du contrat d’affacturage

La mise en place d’un contrat d’affacturage se déroule généralement en plusieurs étapes clés :

  • L’entreprise et le factor signent une convention d’affacturage qui précise les modalités de leur collaboration : périmètre des créances concernées, pourcentage et délai de financement, commissions appliquées, etc. Cette convention peut porter sur tout ou partie du poste clients.
  • Au fur et à mesure de son activité, l’entreprise émet ses factures et les cède au factor (par transmission physique ou dématérialisée). Chaque cession donne lieu à un bordereau récapitulatif.
  • Pour chaque facture cédée, le factor verse rapidement à l’entreprise le pourcentage de financement convenu (en général sous 48h). Ce versement vient directement alimenter la trésorerie de l’entreprise.
  • A l’échéance de la facture, le factor se charge d’en recouvrer le paiement auprès du client. Une fois le règlement obtenu, il reverse à l’entreprise le solde du montant de la facture, déduction faite de ses frais et commissions.
Vous aimerez aussi :  Comprendre l'e-factoring ou affacturage en ligne

Tout au long de ce processus, le factor assure un suivi des encours clients et procède aux relances nécessaires en cas de retard. Pour se prémunir contre d’éventuels impayés, il constitue aussi un fonds de garantie alimenté par une retenue sur les premières factures cédées. Ce fonds est restitué à l’entreprise en fin de contrat si aucun litige n’est survenu.

Comme vous pouvez le constater, l’affacturage repose sur une logique de cession de créances et non d’endettement. C’est ce qui en fait une solution de financement distincte du crédit bancaire classique. Voyons maintenant plus en détail quels sont les avantages que les entreprises peuvent en retirer.

Avantages de l’affacturage pour l’entreprise

Le premier atout de l’affacturage est sans conteste son impact positif sur la trésorerie. En obtenant un financement immédiat dès l’émission des factures, l’entreprise renforce ses liquidités disponibles sans avoir à attendre le paiement effectif de ses clients. Cela lui donne des marges de manœuvre pour régler ses propres fournisseurs, honorer les salaires ou encore investir dans son développement. L’affacturage est donc un excellent outil pour optimiser le cycle d’exploitation et réduire le besoin en fonds de roulement.

Autre avantage non négligeable : en souscrivant l’option adéquate, l’entreprise peut bénéficier d’une garantie contre les impayés et l’insolvabilité de ses clients. Si un client fait défaut, c’est le factor qui assumera la perte. Cette protection permet de sécuriser les transactions commerciales et de prospecter de nouveaux marchés avec plus de sérénité. Attention toutefois, la garantie ne s’applique généralement pas en cas de litige commercial sur la marchandise ou la prestation fournie.

Enfin, en déléguant au factor des tâches chronophages comme la gestion des comptes clients, la relance des impayés et le recouvrement des créances, l’entreprise réalise des économies substantielles en temps et en argent. Plus besoin de mobiliser des ressources internes sur ces activités à faible valeur ajoutée. Les équipes peuvent se concentrer sur le développement commercial, la relation client ou encore l’innovation produits. Des études montrent que l’externalisation du poste clients peut générer jusqu’à 30% de gains de productivité.

Vous aimerez aussi :  Qu'est-ce que le droit de tirage ?

Limites et inconvénients du factoring

Si l’affacturage comporte de nombreux bénéfices, il n’est pas exempt de certains inconvénients qu’il convient d’avoir en tête. En premier lieu, le recours au factoring a un coût non négligeable pour l’entreprise. En plus des frais de financement classiques (intérêts sur les montants avancés), le factor prélève des commissions spécifiques pour rémunérer ses prestations de gestion et de garantie contre les impayés. Au global, le taux de factoring se situe en général entre 0,5% et 3% du montant des factures cédées. Un coût à bien intégrer dans ses calculs de rentabilité.

Autre point de vigilance : en déléguant le recouvrement de ses factures au factor, l’entreprise perd en partie la maîtrise de sa relation client sur cet aspect. Si le factor se montre trop procédurier ou intransigeant dans ses relances, cela peut générer des tensions avec certains clients et dégrader la qualité des échanges commerciaux. Pour limiter ce risque, il est essentiel de choisir un factor réputé pour son professionnalisme et de maintenir un dialogue régulier avec lui sur le suivi des comptes.

Par ailleurs, tous les profils d’entreprise et de clientèle ne sont pas éligibles à l’affacturage. Les factors sont généralement réticents à accepter les entreprises travaillant avec un nombre très restreint de clients (risque de dépendance), réalisant une part significative de leur activité à l’export (complexité du recouvrement) ou dont les clients connaissent des difficultés financières. Avant de s’engager, il est donc important de vérifier sa capacité à entrer dans les critères des sociétés d’affacturage.

Les différents types de contrats d’affacturage

Il existe sur le marché plusieurs formules d’affacturage adaptées aux besoins spécifiques des entreprises :

  • L’affacturage classique, de loin le plus répandu, par lequel l’entreprise cède au factor tout ou partie de ses factures en contrepartie d’un financement immédiat. Le contrat peut inclure ou non une garantie contre les impayés.
  • L’affacturage confidentiel, où la cession de créances reste invisible pour les clients qui continuent de payer l’entreprise directement. Le factor n’intervient pas dans la relation mais finance l’entreprise de manière “silencieuse”.
  • L’affacturage inversé (reverse factoring), initiative cette fois du client qui propose à ses fournisseurs de céder leurs créances à un factor pour être payés plus rapidement, en contrepartie d’un escompte. Une solution collaborative de plus en plus prisée par les grands groupes.
Vous aimerez aussi :  Qu'est-ce que la cession dailly pour financer vos factures ?

A ces formules de base peuvent s’ajouter des options complémentaires comme l’affacturage déconcentré (cession sélective des factures), l’affacturage export (créances sur des clients étrangers) ou encore l’affacturage “full service” incluant une prestation complète de recouvrement, relance et contentieux. Votre choix dépendra de votre profil d’entreprise, de votre relation client et de vos priorités en termes de financement et de services.

Comment choisir une solution d’affacturage adaptée ?

Pour trouver la solution d’affacturage la plus pertinente, plusieurs critères sont à examiner attentivement :

  • La taille de votre entreprise et le volume de votre poste clients : les factors ont souvent des seuils minimaux de chiffre d’affaires ou de créances pour accepter un dossier. Veillez à leur compatibilité avec votre activité.
  • Les délais de paiement que vous accordez à vos clients : plus ils sont longs, plus vous aurez intérêt à opter pour un financement anticipé de vos créances pour ne pas obérer votre trésorerie.
  • La qualité de vos relations commerciales : si vous tenez à garder la main sur la relance clients, orientez-vous plutôt vers une formule d’affacturage confidentiel sans transfert de recouvrement.
  • Le coût global de la solution : au-delà du seul taux de financement, intégrez dans votre analyse les commissions annexes qui peuvent sensiblement renchérir le dispositif. N’hésitez pas à négocier.

Au-delà de ces aspects, il est crucial de challenger plusieurs établissements affactureurs pour comparer leurs offres et leur qualité de service. Examinez leur réputation, leur solidité financière, leur connaissance de votre secteur d’activité. N’hésitez pas à contacter certains de leurs clients pour recueillir leurs retours d’expérience. Votre expert-comptable ou votre banquier pourront aussi vous guider dans cette sélection.

Prenez le temps d’une lecture attentive des conditions contractuelles avant de vous engager. Soyez vigilants sur les clauses de durée, d’exclusivité, de confidentialité, de garantie, de résiliation. Au besoin, faites-vous épauler par votre conseil juridique. Un contrat d’affacturage engage votre entreprise sur le long terme, il doit être mûrement réfléchi.

En conclusion, l’affacturage est une solution de financement efficace pour dynamiser la trésorerie des entreprises et les aider à se recentrer sur leur cœur de métier. Bien utilisé et avec le bon partenaire, c’est un levier de croissance et de performance qui a fait ses preuves. A vous de l’étudier sans a priori pour voir s’il peut répondre à vos enjeux !


Laisser un commentaire
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *